Historique du 1er Régiment étranger de cavalerie

Retour Mise à jour : 21-06-2012 | Réf : 119 | 15852

Le Levant et le Maroc : un baptême du feu.

Le 1er Régiment Etranger de Cavalerie est créé le 8 mars 1921 à Sousse à partir d'éléments du 2e Régiment étranger d'infanterie (l'appellation 1er REC ne sera officielle que le 20 janvier 1922 suite à la parution du décret n°6330-1/11 du 20 janvier 1922). Il est constitué par des cadres français venus de tous les régiments de cavalerie (dans l'encadrement initial seul le sous-lieutenant Antraygue avait une expérience de la Légion et un sous-officiers était en service au 1er RE) et un fort contingent d'émigrés politiques russes de l'Armée Blanche de Wrangel (sur les 156 légionnaires à la création, 128 sont russes, parmi eux 30 anciens officiers dont un général et un colonel 14 sous-officiers et 33 cosaques et cavaliers). Dès 1925, il est engagé en même temps en Syrie (4e ESC) et au Maroc (3e ESC). Sur ces deux théâtres d'opération, il se couvre de gloire, notamment au Levant, à Messifre (17 septembre 1925) et à Rachaya (du 20 au 24 novembre 1925) où le 4e escadron du capitaine René Landriaux force l'admiration de tous, son fanion reçoit la Croix de guerre des TOE avec deux palmes, la fourragère aux couleurs de la Croix de guerre des TOE et la médaille de 1re classe du Mérite libanais. De 1927 à 1934, le REC concentre ses efforts sur le Maroc (3e, 4e, 5e et 6e ESC), détruisant les bandes rebelles au cours d'engagements âpres, incessants et sanglants, puis assure la sécurité des pistes sahariennes en plein développement sous l'impulsion du Maréchal Lyautey.

La 2e guerre mondiale et l'Indochine.

La guerre en IndochineEn 1940 le 1er REC intervient en France au sein du GRD 97 Engagé dès le 18 mai sur la Somme, il y combat jusqu'à l'Armistice. Une citation à l'ordre de l'Armée consacre l'héroïsme des légionnaires. Les rares survivants des violents assauts de 1940 regagnent l'Afrique. En 1943, ils sont engagés de nouveau en Tunisie contre les Allemands. Puis, en 1944, le 1er REC débarque sur les côtes de Provence et s'élance avec fougue dans la campagne de libération de la France. Fidèle à lui-même, le Régiment se couvre de gloire et pénètre en Allemagne à la tête des unités blindées françaises. A la fin de la guerre, son Etendard s'est enrichi de deux nouvelles palmes et de la fourragère de la Croix de Guerre. En 1946, le 1er REC embarque pour l'Indochine. Ses escadrons et ceux des deux groupements autonomes qui servent sous l'insigne et l'Etendard du REC participent pendant neuf ans aux durs combats qui ont lieu de la Cochinchine au Tonkin. Trois nouvelles citations et la fourragère de la Croix de Guerre des TOE viennent enrichir la cravate de l'Etendard. De leur côté, les deux GA ont mérité six citations.

L'Algérie et la modernisation du régiment.

Revenu en 1954 sur la terre d'Afrique, le Régiment intervient alors dans la pacification de l'Algérie, pendant huit ans sans relâche. Il y demeurera après les accords d'Evian. Regroupé sur la Base de Mers El Kebir, il s'installe pour la première fois en métropole, le 17 octobre 1967 à Orange où il tient garnison au Quartier Labouche. Rattaché à la 14e Division d'Infanterie le 1er janvier 1976, le 1er Régiment étranger de cavalerie va retrouver l'Afrique, cette même année, à Djibouti puis à Mayotte. En 1978 et 1979, il participe à l'opération Tacaud au Tchad où il est cité à l'ordre de l'Armée. Jusqu'en 1978, il s'instruit et s'entraîne au sein de la 14e Division d'infanterie et au cours de missions outre-mer. Durant cette période, il perçoit des matériels modernes particulièrement puissants et performants : FAMAS, Milan, AMX 10 RC, VAB.... Cette montée en puissance se concrétise dès 1983. De mai à octobre, le 1er REC est présent tout à la fois au Liban, au sein de la Force Multinationale avec un état-major tactique à Beyrouth, au Tchad dans le cadre de l'opération Manta et à Djibouti avec les autres escadrons.

Dans les rangs de la FAR, au cœur delà division Daguet.

Opération DaguetEn juillet 1984 le Royal étranger est affecté à la 6e DLB et intègre la Force d'action rapide (FAR) dont il est la composante blindée. Engagé dans l'opération Daguet dès le 15 septembre 1990, le régiment se retrouve au complet dans le désert saoudien le 6 novembre 1990. Son étendard y est déployé dès le 8 novembre. Après une phase de préparation opérationnelle intensive, le régiment se retrouve en première ligne de l'opération Tempête du désert. Le 23 février 1991, franchissant la frontière irakienne, le 1er Régiment étranger de cavalerie se lance vers son objectif, atteint 36 heures plus tard la base aérienne d'As Salman. Le 1er REC victorieux ramène intacts tous ses personnels et matériels et accroche une nouvelle palme à son étendard. De décembre 1992 à juin 1993, le régiment retrouve l'Extrême-Orient dans le cadre de l'autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge (APRONUC).  Cette mission, nouvelle pour le REC et la Légion étrangère, est exécutée avec brio comme il est de tradition.

Des opérations tout azimut.

La présence à Sarajevo du 2e escadron, au sein de la Force de Protection des Nations Unies, (FORPRONU) d'octobre 1993 à février 1994, puis de l'engagement du régiment dans le cadre de l'organisation du BATINF de janvier 1995 à juin 1995, attestent de la capacité d'adaptation du régiment face aux situations les plus diverses. En 1995-96 le REC a engagé une partie du régiment en ex-Yougoslavie dans le cadre de la force de réaction rapide (FRR) et une autre au Tchad dans l'opération Épervier. De mai à septembre 1996, le 5e escadron, recréé en juillet 1993 reçoit son baptême du feu en République centrafricaine au cours de l'opération Almandin II (il se voit décerner un témoignage de satisfaction du général Douin CEMA). En dehors des opérations ses unités ont participé aux relèves des unités tournantes : Guyane, Mayotte, Djibouti. En 1997, déployé au Tchad dans le cadre de l'opération Épervier, il intervient au Congo-Brazzaville et participe activement à l'évacuation des ressortissants. En 1999 enfin, il participe aux opérations engagées par l'OTAN au Kosovo en déployant un escadron blindé en Macédoine (5e ESC) puis en participant, avec son escadron d'éclairage et d'investigation, à la force de sécurité au Kosovo au cours de cette mission le 4e escadron est cité à l'ordre de la brigade. Depuis le REC a armé plusieurs GTIA  dans le cadre de l'opération Licorne et au Kosovo. Il a également participé à plusieurs reprises à l'opération Pamir en Afghanistan. Aujourd'hui, fort         de près de 1000 hommes et de ses équipements modernes, le 1er Régiment étranger de cavalerie se tient prêt en permanence à accomplir toutes les missions qui pourraient lui être confiées.

Recrutement Légion étrangère

Site Internet de l'Armée de Terre


Accès ciblés

Les régiments Légion

1e Régiment étranger

1er RE

1e Régiment étranger de cavalerie

1er REC

1e Régiment étranger de génie

1er REG

2e Régiment étranger de génie

2e REG

2e Régiment étranger d'infanterie

2e REI

2e Régiment étranger de parachutistes

2e REP

3e Régiment étranger d'infanterie

3e REI

4e Régiment étranger

4e RE

13e Demi-brigade de Légion étrangère

13e DBLE

Détachement de la Légion étrangère à Mayotte

DLEM

Groupement de recrutement de la Légion étrangère

GRLE

Commandement de la Légion étrangère

COMLE

Autres services

Musique Légion étragère

MLE

Maison du légionnaire à Auriol

AURIOL

Institution des Invalides de la Légion étrangère

IILE

Société des amis du musée de la Légion étrangère

MUSEE-SAMLE

Kepi blanc

KEPI BLANC

 ATHLEG

ATHLEG

Présent sur
La Légion sur Youtube La Légion sur Dailymotion

Képi blanc